Accueil>Vos élus>Le Conseil municipal>Expression des formations politiques du Conseil municipal

Expression des formations politiques du Conseil municipal

Les tribunes libres du mois d'avril 2017

(Le contenu de chaque article n'engage que la responsabilité de son auteur)

Union citoyenne pour Villejuif

L’OPH et la ville agissent de concert 

L’OPH de Villejuif, bailleur social important de la Ville, mobilise aujourd’hui tous ses efforts pour améliorer la qualité de service, réhabiliter son patrimoine et construire de nouveaux logements. A l’écoute de ses locataires, l’OPH se met dans une dynamique d’amélioration de la qualité de service. Aujourd’hui, les loges de gardiens sont informatisées pour réaliser cet objectif. Des moyens substantiels sont affectés à la rénovation du patrimoine. Ainsi, en 2017, près de 5 millions d’euros seront investis en travaux de rénovation, notamment sur la Résidence Claudel et la Tour Delaune. Aux côtés de la Ville de Villejuif et du Territoire, l’Office agit dans le Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain (NPNRU ) du quartier Lebon-Lamartine pour des opérations de rénovation. L’OPH s’investit avec la Ville pour offrir de nouveaux logements. 51 logements neufs seront mis à la disposition des villejuifois dès cet été. 3 autres projets, représentant environ 150 logements, sont étudiés dont certains déjà validés par le Conseil d’administration de l’OPH et d’autres sont en voie d’être concrétisés. L’OPH s’investit avec la Ville pour redynamiser les commerces du centre-ville. L’Office accompagne la Ville dans sa politique de redynamisation du centre. Il contribue à la vie culturelle locale en mettant à disposition un local pour des expositions temporaires. L’OPH apporte aussi un soutien aux événements organisés par la Ville encourageant le mieux-vivre ensemble, notamment, la Semaine de la Propreté ou encore la Fête des voisins..

M. Anrep, Y. Bokreta, M. Bounegta, J. Carvalho, F. Ducellier, F. Ouchard, M.J Pidron, L. Yapo, E. Yebouet.

Un espace mieux adapté à l’accueil des seniors

Le service municipal des retraités anciennement dans la « Maison des Marronniers » au 145 rue Jean-Jaurès a déménagé pour le 155 rue Jean-Jaurès. L’ancienne localisation du SMR dans ce pavillon était inadaptée. Tout d’abord, un perron de plusieurs marches en limitait l’accès et quand le perron était franchi, le rez-de-chaussée ne permettait pas aux personnes en fauteuil roulant de s’y déplacer. Enfin, un escalier en colimaçon raide et étroit limitait l’accès à l’étage. Il était indispensable de relocaliser le SMR dans un endroit accessible pour tous. Le nouvel espace, de plain-pied, permet à l’ensemble des retraités de Villejuif de s’y rendre. Évidemment, toutes les activités pratiquées auparavant sont maintenues. Par exemple, l’atelier couture est maintenant localisé à la résidence Cogedim Club « le jardin d’Aragon » située en face du nouveau SMR, dans un salon convivial qui permet également aux retraités de cette résidence de participer à cette activité. La chance aidant, les couturières ont trouvé dans cette résidence une ancienne professionnelle d’une grande maison de couture parisienne qui fait bénéficier tout le groupe de son expertise professionnelle. Nous sommes bien loin de la politique tant décriée par l’opposition. Notre politique de la ville est volontairement tournée vers tous les Villejuifois, sans oublier nos seniors, comme en témoigne la création toute récente du Conseil des Seniors qui va permettre à bon nombre d’entre eux d’être acteurs de la programmation qui leur est dédiée. La municipalité entend s’appuyer sur ses habitants pour faire évoluer Villejuif vers la seule politique qui nous importe, celle du bien-vivre ensemble.

E. Berton, C. Duboille, A. Grivot, A. Mille, J. Mostacci, E. Obadia

Derrière les constructions, quel projet de ville ? 

Gouverner une ville c’est prévoir. Avec plus de 8000 logements soit presque 20 000 nouveaux habitants d’ici 2030, il nous faut disposer d’une vision précise de notre capacité à répondre aux besoins des nouveaux Villejuifois. Dès cette année, ce sont 214 enfants supplémentaires qui devront être pris en charge : combien de nouvelles inscriptions seront demandées au Conservatoire sachant que dans les classes de musique et de danse la demande excède déjà largement l’offre ; idem pour les activités sportives, ADL, sans compter les crèches… Or, c’est dès aujourd’hui que des projets doivent être lancés. L’école des réservoirs ne pourra suffire et surtout l’attractivité d’une ville ne se mesure-t-elle pas à sa capacité d’offrir un service public de qualité à ses nouveaux habitants (équipements sportifs, culturels, activités périscolaires, etc…) Pourra-t-on faire l’économie d’un agrandissement du conservatoire, des MPT ; le format de nos cantines est-il adapté ? à l’heure où les moyens sont de plus en plus restreints, quelles sont les perspectives ? Est-il raisonnable d’agir en fonction des recettes fiscales supplémentaires seulement adossées aux nouveaux habitants, sachant qu’elles ne vont croitre que très lentement ? à toutes ces questions, les Villejuifois sont en droit de demander des réponses. Un peu de planification et de clarté seraient bienvenues afin de se montrer à la hauteur des défis de ce demain que nous bâtissons dès à présent. Retrouvez sur le site www.VillejuifNOTREville.fr l’ensemble de nos publications et nos précisions.

A. Caporusso, L. Loudière, P. Nunes, P. Vidal

 

Opposition

L'Avenir à Villejuif

Budgets insincères

Quand vous lirez ces lignes, le budget 2017 aura été adopté ou rejeté. Notre groupe aura voté « contre ». Parce que, comme en 2015 et 2016, le budget présenté par une majorité qui se déchire est probablement « insincère ». Le plus souvent, les budgets municipaux sont condamnés par la justice comme « insincères » quand ils exagèrent sciemment les recettes attendues et minimisent les dépenses. À Villejuif c’est le contraire ! Les dépenses au service des Villejuifois (pour la culture, les associations, la démocratie, les fêtes, l’animation des quartiers, etc) sont votées, mais cet argent n’est pas dépensé par le Maire F. le Bohellec et l’Adjoint aux finances Ph. Vidal : il leur suffit de ne pas signer les bons de commandes préparés par les services, qui pourtant ont construit un budget au plus juste ! Ces messieurs ont en effet décidé d’aggraver la politique libérale de MM. Valls et Macron (qui ont terriblement diminué en 3 ans la dotation aux villes), en ne s’assignant qu’un objectif : faire baisser à un rythme inconsidéré l’endettement de la ville, quitte à sacrifier les services aux habitants. Ainsi en 2016 la Ville aura dépensé 4 millions de moins que ce que le conseil municipal a voté, alors que les impôts ont augmenté de 800 000 euros ! Double peine pour les Villejuifois. Lors du conseil du 17 mars, le maire a déclaré que « le budget 2017 sera plus sincère que les précédents » : un peu moins insincère mais pas complètement sincère ? Nous ne marchons pas. www.laveniravillejuif.fr

A.L. Boyer, N. Gandais, I. Hamidi, M. Lambert Dauvergne, A.Lipietz, P. Stagnetto, S. Thomas

Elus communistes - Front de Gauche - Citoyens

Un troisième budget de recul du service public

Ce qu’il restera en mémoire des Villejuifois et beaucoup d’élus présents au conseil municipal sur les orientations budgétaires, c’est davantage le pathétique spectacle d’une majorité en déroute qui s’invective et étale ses conflits en public, que les contenus mêmes du budget. Rien de politique là-dedans. Que des querelles de pouvoirs, d’argent, de stratégie politicienne, de petits calculs égoïstes. Des comportements qui font honte aux Villejuifois, aux élus dont beaucoup parmi ceux de la majorité, ceux que le maire appelle lors de cette même séance des « figurants ». Des comportements qui permettent de comprendre le désarroi du personnel communal quand on réalise que ces gens-là sont ses employeurs! Sur le fond du budget municipal, les élus de la majorité sont tous d’accord. Comme leurs deux favoris à la présidentielle, F. Fillon et E. Macron, les différences dans les projets sont subtiles: plus d’austérité, de réductions des services publics (la nuance est dans le nombre de postes supprimés, ici c’est Fillon qui va le plus loin: 500 000 contre 120 000 pour le 2ème), moins d’impôts pour les riches. Sur la fiscalité c’est Macron qui va encore plus loin en voulant réduire de 80 % les recettes des impôts locaux. Irresponsable et mortifère pour les communes. Devant l’assemblée des Maires de France les 2 ont confirmé la nouvelle purge de plusieurs milliards d’euros promise aux collectivités et donc aux habitants. à Villejuif si le budget est voté, la majorité poursuivra la casse du service public, la suppression d’activités (ce qu’il en reste pour les enfants, les jeunes, les quartiers populaires), la vente du patrimoine, l’augmentation des tarifs et la fin de la gratuité. De 30 à 45 postes seront supprimés et le personnel de plus en plus précarisé. C’est pourquoi les élus communistes-front de gauche voteront contre. S’il est voté, ce sera le troisième budget de régression pour notre ville. On a atteint la moitié du mandat. La majorité de droite pourra-t-elle aller beaucoup plus loin ? Quoiqu’il arrive, ce sera aux Villejuifois de décider. Pas aux petits arrangements entre « amis ». On voit où cela a conduit.

G. Bulcourt, C. Cordillot, S. Da Silva Pereira, M. Kadri, F. Perillat-Bottonet

Elus socialistes

Condamnés pour délit de diffamation publique !

Quelques semaines après les élections municipales de 2014, M. Liepietz et Mme Gandais, membres de la nouvelle majorité municipale avaient tenu des propos très graves, diffamants les élus sortants. Atteins dans notre honneur, nous avions saisi la justice. Le tribunal correctionnel puis récemment la Cour d’appel de Paris ont reconnu les 2 prévenus coupables de délit de diffamation et les ont condamnés à des peines d’amende, des dommages et intérêts et le versement de frais de justice. Nous formons le voeu que cette décision de justice serve de référence pour la vie politique locale. Si les désaccords rendent actifs le débat démocratique, il est inacceptable que des accusations non fondées discréditent l’action d’élus et l’intégrité des personnes. Nous demandons instamment à M. Liepietz et à Mme Gandais de cesser de propager sans retenue des propos diffamatoires. On ne peut pas se cacher derrière la liberté d’expression pour raconter n’importe quoi ! Le Parti Socialiste et les Verts gèrent en commun des collectivités locales. Nous appelons cette alliance de nos voeux à Villejuif. Toutefois nous demandons à nos instances de tenir compte de ces condamnations pour pouvoir préparer la majorité de gauche à Villejuif qui pourra, dans le respect des personnes, gérer notre ville, tellement affaiblie par les petits calculs de ce qui reste de l’actuelle majorité.
http://villejuif.parti-socialiste.fr/

D. Girard G. Lafon, , S. Taillé-Polian

Front de gauche - Mouvement républicain et citoyen

Vote du budget 2017 : l’heure de vérité pour la désUnion citoyenne

Vaudeville, zizanie, invectives entre élus d’une majorité qui se délite, se réduit à peau de chagrin… L’Adjoint aux finances prétend n’avoir pu ni corriger, ni valider le rapport d’orientations budgétaires, d’ailleurs présenté lors du Conseil municipal du 17 mars par…l’Adjoint à la sécurité, siégeant juste à côté de Philippe Vidal ! La municipalité donne une bien mauvaise image alors que ses déchirements s’accentuent encore… M. Vidal fait de la surenchère sur l’assainissement financier, soit pour les Villejuifois une nouvelle hausse des impôts locaux ou encore plus d’austérité et de réduction de services… S’ils ne partagent pas le budget 2017, M. Vidal et son groupe, au lieu de jouer constamment les opposants de salon, doivent ne pas le voter et enfin assumer leurs responsabilités !
www.mrc-villejuif.fr.

M. Badel

Harel pour une force d'union et d'espoir 

Vive le printemps !

Il y a des attitudes politiques discutables qui sont la conséquence d’une ignorance chronique que seul l’engagement honnête peut dissiper. Il y a des attitudes politiques machiavéliques qui sont la routine aveugle et rassurante chez certains qui finissent par se perdre dans leur propre incohérence. Mais quand il y a des attitudes chroniques inacceptables, et d’autant plus en responsabilité politique, l’élagage chirurgicale devient un impératif de salubrité publique. Parce que l’hiver peut parfois durer longtemps, la nature fait bien les choses. Tout ce qui n’est pas équilibré pourri jusqu’à disparaître pour se transformer en engrais. Et au printemps on voit sortir de terre ce qui va générer des bourgeons de toutes les couleurs. Chasser la nature, elle revient au galop. Ce sont dans les pires moments de drames imminents que la confiance, le renouveau et la sérénité s’imposent naturellement au coeur de chacun des acteurs, libérés de leurs peurs pour jeter le pire dans les oubliettes du passé. On comprend mieux le cycle des saisons dont le printemps est le drapeau des trois autres. La sagesse et la patience sont les deux jambes de la réalisation individuelle qui progresse avec détermination dans l’épais brouillard des médiocrités bouillonnantes en toute impunité.

J.-F. Harel, M. Tijeras

Front National  

[ Tribune non parvenue ­]

A. Gaborit